Canada Voyage

Algonquin, le plus grand des parcs provinciaux de l’Ontario

Le parc Algonquin se trouve dans l’est de l’Ontario. C’est le plus grand parc du réseau des parcs provinciaux de l’Ontario.

Le parc Algonquin a été créé en 1893. À l’origine, il servait de réserve de bois pour empêcher les colons de défricher des terres boisées de valeur. La préservation n’était qu’un objectif secondaire. En 1896, le baron du bois J.R. Booth a terminé le chemin de fer d’Ottawa, d’Arnpriror et de Parry Sound (OA et SP) dans la partie sud du parc. Bien que conçu pour transporter les troncs hors du parc, il a permis l’ouverture de la vaste étendue de l’Algonquin pour le tourisme. La route 60 a été achevée en 1933, ouvrant davantage le parc aux visiteurs. Le chemin de fer OA & PS a été abandonné en 1947, l’exploitation forestière devenant maintenant un objectif tertiaire du parc.

Au cours des années 1960, le nombre de visiteurs au parc a augmenté de façon exponentielle. Les campings organisés ont été créés et / ou agrandis. Aujourd’hui, l’Algonquin est avant tout une réserve naturelle, bien que l’exploitation forestière, y compris la coupe à blanc limitée, se poursuit.

Un très petit nombre de lacs accessibles à partir de l’autoroute 60 sont dotés de chalets à louer, conformément aux règles strictes du ministère. L’impact environnemental est minime, comparé à la quantité de déchets laissés par certains visiteurs moins écologiques que le parc. De plus, les rapports sur les sauvetages de canoteurs débutants par les propriétaires de chalets sont plutôt banals. Le personnel du parc qui connaît bien les loups signale qu’en 2013, environ 25 meutes de loups se trouvaient dans le parc. Les rapports d’attaques de loups sur des humains sont pratiquement nuls. Jusqu’en 1958, une prime était réellement versée au personnel du parc pour l’abattage des loups; Heureusement, à cet égard au moins, les têtes les plus sages prévalent, et « Wolf Howls » sont une attraction touristique populaire, qui comprend une conférence détaillée sur le loup. Cet événement est tenu sans frais, mais habillez-vous chaudement. Avant la fin de 1958, les loups étaient largement remplacés par des coyotes dans l’écosystème. Cependant, les loups semblent être en train de se rétablir fortement.

Le Paysage :

Le paysage d’Algonquin se compose de nombreux petits lacs (avec quelques grands lacs, tels que le lac Opeongo), d’affleurements rocheux et de collines ondulantes. Les marais et les grands marécages sont dispersés dans tout le parc et il peut fournir un excellent aperçu de la faune existante.



La faune et la flore du parc :

La forêt algonquine n’est en réalité pas une forêt boréale, comme le croient la plupart des gens, mais un mélange d’arbres à feuilles caduques et de conifères. Cela signifie qu’une biodiversité accrue se produit. Bien que le chevreuil ait autrefois occupé une place importante dans le parc, l’élan les a largement remplacés. Les élans se tiennent souvent à côté de la route provinciale 60, mangeant des herbes marécageuses au printemps et en été et ils peuvent être vus en train de lécher le sel des routes en hiver (le printemps est vraiment un meilleur moment pour les voir). Les élans deviennent plus mobiles et de plus grandes quantités de sels résiduels sont exposées). L’élan est le seul gros animal que la plupart des gens sont susceptibles de rencontrer. Beaucoup de gens peuvent trébucher sur un tétras des épinettes sur un sentier tôt le matin. Ces oiseaux croient que leur camouflage est invincible, et vous pourriez obtenir aussi près que 30 centimètres. Il y a de petites populations de loups et de lynx dans les parties isolées du parc. Certains ours sont connus dans le parc. Les lacs algonquins ont d’importantes populations de poissons, mais la pêche est réglementée dans tous les lacs, plus particulièrement l’interdiction d’introduire des poissons vivants dans le parc, par crainte d’introduire des espèces envahissantes. Il existe une petite population de tortues des bois dans la partie est du parc, mais il est strictement interdit de les ramasser (comme c’est le cas de toute plante ou animal dans le parc), Les tortues des bois, autrefois communes en Ontario, sont maintenant une espèce en voie de disparition, en grande partie en raison de la destruction de l’habitat et de la vaste surpêche pour le commerce des animaux de compagnie.

Les plantes et les animaux d’Algonquin ne sont pas tous ceux que vous aimeriez avoir autour de vous. Dans le sud du parc (en aval de l’autoroute 60), l’herbe à puce est répandue. Soyez prudent lors de la randonnée; Des vêtements adéquats sont fortement recommandés. De fin avril à début juin, la redoutable mouche noire est très active. Ces petits insectes vont mordre un morceau de peau pour atteindre le sang. Ils sont connus pour leur tendance à mordre les yeux, et parfois un malheureux humain doit faire face à une mouche noire qui est entrée dans l’œil. Une fois que les mouches noires meurent, elles sont remplacées par des moustiques. Les mouches noires et les moustiques peuvent généralement être repoussés avec un insectifuge à base de DEET ou par le port de vêtements de protection; c’est-à-dire des chapeaux de moustiquaires, etc.

Le Climat :
Algonquin ne fait pas tout à fait partie du Nord de l’Ontario, mais il partage le climat typique de sa région. Le printemps à Algonquin est susceptible d’être frais et humide. Le climat estival d’Algonquin n’est pas uniforme. Les températures maximales journalières peuvent varier de 16 ° C à plus de 30°. En été, il peut y avoir de l’humidité tout au long des mois de juin et de juillet, mais l’humidité diminue vers le mois d’août. En automne, il fait frais et sec. Les hivers sont garantis comme étant très neigeux, froid et difficiles. Assurez-vous de planifier votre séjour en fonction de la météo que vous êtes susceptible d’affronter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *